Bienvenue
Vous voici sur le point de franchir la frontière d'un territoire qui n'a pas fini de livrer ses richesses insoupçonnées, le continent de la science-fiction et du fantastique québécois. Ce continent a ses institutions, ses maîtres, ses moyens de communication, ses foyers d'animation et ses lecteurs, nombreux. Ce site présente l'une de ses institutions, la corporation Passeport pour l'imaginaire, qui travaille à la mise en valeur et au développement de cette terra incognita que sont la science-fiction, le fantastique et la fantasy.

Cazeault, Demers et Poirier, finalistes du Prix jeunesse des univers parallèles 2017
01-05-2016

Les trois romans finalistes du Prix jeunesse des univers parallèles 2017 sont maintenant connus. Il s'agit de Seki, tome 1 de la série Averia de Patrice Cazeault (Éditions AdA), de L'Élu, tome 1 de la série La Grande Quête de Jacob Jobin de Dominique Demers (Éditions Québec Amérique) et de La Fuite, tome 1 de la série Seconde Terre de Priska Poirier (Éditions de Mortagne).

Afin de s'ajuster à la réalité du milieu de l'éducation, la corporation Passeport pour l'imaginaire, qui gère le Prix jeunesse des univers parallèles, a décidé de sélectionner dorénavant les trois finalistes au mois de mai plutôt qu'en septembre. Ce changement nécessite toutefois une période de transition pour modifier les étapes du processus de sélection. C'est pourquoi les trois romans qui sont proposés aux écoles pour l'année scolaire 2016-2017 ont déjà remporté le prix au cours des sept dernières années. À la suite de cette année de transition, les finalistes seront connus en mai sur la base de la production des douze mois de l'année précédente.

 
Louis-Pier Sicard remporte le Prix jeunesse des univers parallèles 2016
10-04-2016

Québec, 13 avril 2016. – Le Prix jeunesse des univers parallèles 2016 a été attribué à Louis-Pier Sicard pour son roman fantastique Felix Vortan et les orphelins du roi publié aux Éditions AdA. C’est à l’issue d’un vote de quelques centaines d’élèves de 1re, 2e et 3e secondaire que le résultat a été annoncé, en présence de jeunes lecteurs qui participaient à une rencontre des trois auteurs finalistes au Salon international du livre de Québec. Les autres livres en lice étaient Chaman de Julie Martel (Médiaspaul) et Rannaï de Karine Raymond (Druide). Louis-Pier Sicard, qui fait ses débuts en littérature jeunesse avec ce premier tome de la série Felix Vortan, a reçu une bourse de 2 000 $ dont une partie a été financée par Marquis Imprimeur.

Décerné annuellement depuis 2006, le Prix jeunesse des univers parallèles repose sur le dynamisme et l’engagement d’enseignantes et d’enseignants de français qui mettent les trois romans finalistes au programme de leur cours et de bibliothécaires d’institutions scolaires qui animent un groupe de lecture.

Le comité de sélection, qui a choisi au préalable les livres finalistes, était composé de Priska Poirier, lauréate du prix en 2015, de Kathy Fortin, enseignante de français au Séminaire Saint-François, et de Pierre-Alexandre Bonin, libraire à la librairie Monet à Montréal. Les membres du comité ont évalué 21 romans publiés entre le 1er juillet 2014 et le 30 juin 2015 par 15 éditeurs différents.

Le Prix jeunesse des univers parallèles est administré par la corporation Passeport pour l’imaginaire qui a pour mandat de susciter le goût de la lecture chez les jeunes.

De gauche à droite : Louis-Pier Sicard, le lauréat du prix, Jean-Pierre Ménard, représentant de Marquis Imprimeur, et Claude Janelle, représentant de la corporation Passeport pour l'imaginaire. Photo : Louise Décarie. 

remise_pjup_2016.jpg

 
Vic Verdier remporte le prix Jacques-Brossard 2015
10-05-2015

Montréal, 8 mai 2015. Vic Verdier a reçu le prix Jacques-Brossard pour son roman L'Empire bleu sang (Joey Cornu Éditeur). Un jury de cinq membres a sélectionné le lauréat parmi les 70 auteurs en lice. Il mérite ainsi la bourse de 3 000 $ rattachée au prix.

L'action de L'Empire bleu sang se déroule dans la ville de Québec qui domine le monde grâce à la découverte de riches filons de diamants sous le bien nommé Cap Diamant vers la fin du 17e siècle. L'exploitation éclairée de cette richesse par le clergé a fait du bourg colonial la plus puissante cité-État au monde. En 1887, les autorités religieuses, avec la complicité des créatures hybrides du professeur Raumeo, éliminèrent la secte des Crucifiés. Cent ans plus tard, la société de Québec glisse inexorablement vers une organisation basée sur l'hybridation génétique.

Les jurés ont particulièrement apprécié l'audacieux mélange des sous-genres « uchronie », dans la réécriture de l'histoire de Québec et du Québec, et « steampunk », surtout dans ses emprunts à H.G. Wells. Ils ont aussi noté la construction astucieuse du récit qui forme un casse-tête choral à recomposer par le lecteur. Enfin, ils se sont dit impressionnés par l'écriture puissante de l'auteur, en prise directe sur la réalité malgré son ampleur historique.