Prix jacques-brossard
Règlements
Lauréats par année
Biographie des lauréats
Index
Biographie des lauréats

ARSENEAULT, Philippe (2014)

Né le 11 février 1976 à Sherbrooke, Philippe Arseneault fait ses études à l'Université de Montréal où il obtient un certificat en philosophie en 1996 et un baccalauréat en droit en 1999. Il complète l'année suivante sa formation d'avocat à l'École du barreau. Il entreprend d'abord une carrière d'avocat-recherchiste au Tribunal des droits de la personne du Québec, puis il se rend en Chine où, de 2002 à 2004, il travaille à la mise sur pied d'un département d'étude du français dans un lycée de Benxi tout en y enseignant aussi le français. De 2005 à 2012, il agit comme secrétaire de rédaction de la chaîne francophone de la Télévision centrale de Chine, à Pékin, dont il participe à la fondation. Depuis le début de 2013, il fait partie de l'équipe de production quotidienne de La Presse+ en tant que journaliste au pupitre. Il a remporté le prix Robert-Cliche en 2013 pour son premier roman, Zora, un conte cruel, et le prix Jacques-Brossard 2014.

BEAULIEU, Natasha (2002)           

Née le 29 février 1964 à Montréal, Natasha Beaulieu a fait des études en littérature et en cinéma à l'Université Concordia. Elle a été chroniqueuse et rédactrice pigiste. Elle se consacre maintenant à l'écriture et anime des ateliers de création littéraire. Depuis 1991, elle a publié dans plusieurs revues, dont imagine..., Solaris et Temps Tôt. Elle a remporté le prix Septième Continent 1995 et le prix Boréal 1996 pour sa nouvelle La Cité de Penlocke et le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois en 2002 pour deux autres nouvelles, Klé et BM Zone. Cette dernière a aussi remporté le prix Boréal en 2002.

BÉRARD, Sylvie (2005)           

Née le 23 février 1965 à Montréal, Sylvie Bérard possède un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires, de même qu'un doctorat en sémiologie de l'Université du Québec à Montréal. De 1997 à 1999, elle a fait des études postdoctorales à l'Université de Toronto. Elle enseigne la littérature québécoise à l'Université Trent, en Ontario. Elle est membre du comité de rédaction d'XYZ, chroniqueuse à Lettres québécoises, en plus de collaborer à diverses revues de création et de théorie littéraires. Elle a reçu en 1994 le prix Septième Continent pour sa nouvelle La Cale et a cosigné en 1993, avec Brigitte Caron, le roman Elle meurt à la fin. Elle a remporté le Prix des lecteurs de Radio-Canada et le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois en 2005 pour son premier roman de science-fiction, Terre des Autres.

BERGERON, Alain (1998, 2004)           

Né le 11 février 1950 à Paris, Alain Bergeron obtient une maîtrise en sociologie de l'Université Laval en 1974 et poursuit des études de doctorat jusqu'en 1979. Il possède aussi une maîtrise en administration publique de l'ENAP obtenue en 1991. Il est entré dans la fonction publique québécoise en 1974 comme conseiller en politiques scientifiques. Au moment de sa retraite en 2008, il était secrétaire général du Conseil de la science et de la technologie depuis 2003. Il s'est fait connaître comme auteur de science-fiction en 1978 par la publication de son roman Un été de Jessica, repris en feuilleton dans Le Soleil de Québec. Il a reçu le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois à deux reprises : en 1998, pour son recueil de nouvelles Corps-machines et rêves d'anges et son roman fantastique pour jeunes L'Ennemie et, en 2004, pour son roman Phaos.

BERNARD, Évelyne (1989)           

Née le 16 décembre 1948 en France, Évelyne Bernard a émigré au Québec en 1973. Pigiste pour des travaux de traduction et de rédaction, elle a obtenu une licence d'anglais de l'Université de Bordeaux et elle a aussi étudié à l'Université du Québec à Trois-Rivières et à Chicoutimi. Elle est membre de la Société Sherlock Holmes. Son roman fantastique La Vaironne lui a valu le Grand Prix littéraire Guérin 1988 et le Grand Prix Logidisque de la science-fiction et du fantastique québécois 1989.

BERTHIAUME, André (1985)           

Né le 15 mai 1938 à Montréal, André Berthiaume est maître ès arts de l'Université de Montréal (1961) et docteur ès lettres de l'Université d'Orléans-Tours (1969). Il a mérité le Prix du Cercle du Livre de France en 1966 pour son premier roman, La Fugue, et le prix Adrienne-Choquette 1984 et le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois 1985 pour son recueil Incidents de frontière. Il a enseigné pendant de nombreuses années la littérature à l'Université Laval.

BOLDUC, Claude (2007)

Né le 8 juillet 1960 à Québec, Claude Bolduc obtient un certificat en expression française de l'Université du Québec à Hull en 1991. Depuis 1997, il travaille pour la maison d'édition Vents d'Ouest où il est adjoint à la production. Nommé Artiste de l'année aux Culturiades de la Ville de Hull en 1999 et lauréat du Prix d'excellence de la Fondation pour les arts, les lettres et la culture en Outaouais en 2009, il a reçu le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois pour l'ensemble de sa production de l'année 2006, de même que le prix Boréal de la meilleure nouvelle pour « Toujours plus bas » en 2007. Là-haut sur la colline lui a valu en 2008 le Prix littéraire Le Droit.

BRASSARD, Jonathan (2016)

Jonathan Brassard termine ses études collégiales en arts et lettres - profil théâtre - au Cégep de Rimouski en 1999, puis il suit pendant deux ans les cours du baccalauréat en art dramatique à l'Université du Québec à Montréal. En 2007, il obtient un baccalauréat en littérature française et québécoise de l'Université Laval. De 2002 à 2007, il participe à plus d'une vingtaine de créations théâtrales et, depuis 2008, il enseigne le français aux adultes. Il a été finaliste du Grand Prix littéraire Archambault en 2014 pour son premier roman, Les Chaînes du Léviathan, et lauréat du prix Jacques-Brossard 2016 pour Celui qui reste.

BROSSARD, Jacques (1990)           

Né le 24 avril 1933 à Montréal, Jacques Brossard étudie le droit à l'Université de Montréal de même que les sciences et la philosophie au Balliol College d'Oxford. Après une carrière de diplomate qui l'a mené en Colombie, en Haïti et à Ottawa, il est revenu au Québec en 1964. Professeur titulaire au Centre de recherche en droit public de l'Université de Montréal, il a été conseiller au ministère québécois des Affaires intergouvernementales et membre des commissions politiques des États généraux du Canada français. Il a publié plusieurs textes politico-juridiques dans des publications spécialisées comme Thémis et L'Annuaire canadien de droit international et a collaboré à plusieurs revues littéraires. Il a remporté en 1969 le Prix littéraire du Québec (sciences sociales) et, en 1976, le Prix Duvernay pour l'ensemble de son œuvre scientifique et littéraire. Il a reçu la Médaille d'argent de la Ville de Paris en 1977 tandis que le premier tome de L'Oiseau de feu (Les années d'apprentissage) lui a valu le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois en 1990.

CHAMPETIER, Joël (1995, 2008)            

Né le 30 novembre 1957 à La Corne (Abitibi), Joël Champetier a travaillé quelques années dans l'entreprise d'électrochimie de son père avant de se consacrer à temps plein à l'écriture. Après avoir vécu successivement à Montréal, à Ville-Marie et à Gallix, il réside maintenant en Mauricie. Coordonnateur de la revue Solaris de 1992 à 1996, directeur littéraire depuis 1994 et rédacteur en chef depuis 1999, il a remporté à plusieurs reprises le prix Boréal de la meilleure nouvelle ou du meilleur roman. Il a reçu en 1995 le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois, notamment pour son roman La Mémoire du lac, et le prix Jacques-Brossard en 2008 pour Le Voleur des steppes. Il a coscénarisé son roman La Peau blanche, réalisé et produit par Daniel Roby, qui a pris l'affiche au Québec en 2004 et il poursuit sa collaboration au cinéma avec ce dernier.

CÔTÉ, Denis (1984)           

Né le 1er janvier 1954 à Québec, Denis Côté a obtenu un baccalauréat spécialisé en études françaises en 1978 et une maîtrise en création littéraire en 1991 de l'Université Laval. Il a été chargé de cours à l'université, technicien en information, libraire et professeur de français au collégial. Il a fait une entrée remarquée en littérature en publiant deux romans de SF pour jeunes en 1983, Hockeyeurs cybernétiques et Les Parallèles célestes. Le premier lui a valu le Grand Prix de littérature jeunesse du Conseil des Arts du Canada, la somme des deux, le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois. Son œuvre a été traduite en plusieurs langues et il est devenu l'auteur de science-fiction jeunesse le plus lu au Québec. Il a reçu en 1991 le prix 12/17 Brive−Montréal pour l'ensemble de son œuvre, le Prix du rayonnement international du Conseil de la culture de la région de Québec en 1997 et le Prix du livre M. Christie à deux reprises : en 1995 pour Le Parc aux sortilèges et en 2002 pour L'Empire couleur sang.

CÔTÉ, Héloïse (2011)

Née le 30 mai 1979 à Québec, Héloïse Côté termine ses études collégiales en langues et littérature au Cégep Champlain-St. Lawrence en 1998. Elle obtient en 2002 un baccalauréat en enseignement secondaire et histoire de l'Université Laval, puis une maîtrise (2004) et un doctorat en psychopédagogie en 2008. Depuis 2003, elle est auxiliaire d'enseignement à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université Laval et auxiliaire de recherche au Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante. Elle a remporté en 1996 le prix Horace-Viau, remis par le club Richelieu, pour sa nouvelle L'Incroyable aventure amoureuse de moi. En 2006, elle a reçu la médaille Raymond-Blais en tant que jeune diplômée s'étant illustrée de façon remarquable dans sa carrière naissante, à la fois comme écrivaine et comme doctorante. Son cinquième roman de fantasy, La Tueuse de dragons, lui a valu en 2011 le prix Jacques-Brossard et le prix Aurora/Boréal.

DESJARDINS, Martine (2010, 2017)

Née le 24 juillet 1957 à Mont-Royal, Martine Desjardins complète ses études collégiales en arts et lettres au Collège Jean-de-Brébeuf en 1976, puis elle s’inscrit à l’Université de Montréal où elle obtient un baccalauréat en études russes et italiennes en 1979 et une maîtrise en littérature comparée en 1984. Elle travaille comme rédactrice-réviseure et chroniqueure de livres au magazine Clin d’oeil de 1987 à 1989, puis elle occupe le poste de rédactrice adjointe au magazine Elle Québec, de 1989 à 1993. Depuis 2007, elle signe la chronique Livres au magazine L’actualité auquel elle collabore également à titre de réviseure, traductrice, recherchiste et journaliste depuis 1995. Elle a publié cinq romans depuis ses débuts en littérature en 1997. Elle a remporté le prix Ringuet en 2006 pour L’Évocation et le prix Jacques-Brossard à deux reprises : en 2010 pour  Maleficium et en 2017 pour La Chambre verte.

DURAND, Frédérick (2009)

Né le 18 mai 1973 à Trois-Rivières, Frédérick Durand complète ses études collégiales en psychologie au Cégep de Trois-Rivières en 1992, puis il entre à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) où il obtient un baccalauréat en études littéraires en 1995 et une maîtrise en 1997. Il possède également un diplôme d'études avancées de l'Université de Limoges décerné en 2000 et, depuis 2003, un doctorat en études québécoises de l'UQTR. Après avoir enseigné au Collège Laflèche et à l'UQTR, il est maintenant chargé de cours en littérature et en communication au Cégep de Trois-Rivières. Musicien de formation classique, il a notamment étudié au Conservatoire de musique de Trois-Rivières. Il compose de la musique dans différents genres et fait partie de diverses formations musicales. Membre du comité de rédaction de la revue imagine... de 1994 à 1998, il en a été le directeur littéraire au cours des deux dernières années. Depuis ses débuts comme écrivain, il a remporté le prix Solaris en 1998 pour sa nouvelle Nocturne, tandis que son recueil À l’intention des ombres lui a valu le prix de littérature Clément-Morin en 2008. Il a reçu le prix Jacques-Brossard en 2009 pour son roman fantastique La Nuit soupire quand elle s’arrête et son recueil À l'intention des ombres.

GAUTHIER, Éric (2003, 2012)

Né le 18 février 1975 à Rouyn, Éric Gauthier obtient un baccalauréat en informatique de l'Université d'Ottawa en 1998. Au début de l'année suivante, il déménage à Montréal et est embauché comme programmeur dans une compagnie «jeune et branchée». Il y travaille jusqu'à l'été 2002. C'est à ce moment-là qu'il décide de se consacrer dorénavant à temps plein à l'écriture de nouvelles et de romans, ainsi qu'au conte qu'il pratique de fait depuis 1999 sur diverses scènes québécoises. Il a déjà à son palmarès le prix Solaris 1999 pour La Maison de l'anxitecte, le prix Aurora 2000 et le prix Boréal 2000 pour Souvenir du Saudade Express et le prix Boréal 2006 pour Au jardin comme à la guerre. Il a aussi remporté en 2003 le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois pour son recueil de contes Terre des pigeons et les nouvelles Feu sacré et Un visage à la fenêtre. Son roman Montréel lui a valu le prix Jacques-Brossard en 2012.

GÉLINAS, Ariane (2013)

Née le 29 novembre 1984 à Grandes-Piles, Ariane Gélinas complète sa formation en techniques de documentation au Cégep de Trois-Rivières en 2006. Elle obtient l'année suivante un certificat en création littéraire de l'Université du Québec à Montréal, puis, en 2009, un baccalauréat en études littéraires. Détentrice d'une maîtrise en création littéraire de l'Université du Québec à Trois-Rivières, elle poursuit des études de doctorat. Après avoir agi comme directrice littéraire et artistique du défunt fanzine Pandémonium qu'elle a cofondé en 2004, elle est maintenant éditrice et directrice artistique de Brins d'éternité et occupe un poste d'administratrice à la corporation SFSF Boréal. Lauréate du prix de littérature Clément-Morin en 2012 pour son premier roman, Transtaïga, elle a reçu le prix Jacques-Brossard en 2013 pour l'ensemble de sa production de l'année précédente qui comprenait, outre Transtaïga, trois nouvelles fantastiques parues dans des revues.

GEORGES, Karoline (2018)

Née le 22 juin 1970 à Montréal, Karoline Georges termine ses études collégiales en lettres au Collège Édouard-Montpetit en 1991. Elle obtient un certificat en cinéma et vidéo de l'Université du Québec à Chicoutimi en 1993, ainsi qu'un baccalauréat en histoire de l'art de l'Université du Québec à Montréal en 1995. Artiste multidisciplinaire, elle pratique la photographie d'art depuis 1993 et élabore une œuvre littéraire amorcée en 2000 par la publication de ses premières nouvelles dans Virages et XYZ.  En 1995, elle fonde les Productions AYK (création et production d'œuvres multidisciplinaires et multimédias) dont elle est, depuis, directrice. De 2006 à 2010, elle siège à la commission consultative de la littérature au Conseil des arts et des lettres du Québec. Elle a remporté en 2003 le sceau d'argent du Prix du livre M. Christie pour L'Itinérante qui venait du Nord et le Prix de la relève du Conseil montérégien de la culture et des communications en 2006. Son roman de science-fiction De synthèse lui a valu le prix Jacques-Brossard en 2018.

MARTIN, Michel (1989)

[Pseudonyme de Jean Dion et de Guy Sirois] L'association de ces deux écrivains a donné plusieurs nouvelles de qualité, dont Geisha Blues, qui a reçu en 1989 le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois, et La Tortue sur le trottoir, qui a remporté le prix Boréal 1990 de la nouvelle.

MEYNARD,Yves (1994)

Né le 13 juin 1964 à Québec, Yves Meynard réside depuis plusieurs années à Longueuil. Détenteur d'un doctorat en informatique de l'Université de Montréal, il travaille comme programmeur. Il a remporté à plusieurs reprises le prix Boréal et le prix Aurora et il a reçu en 1994 le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois. Parfait bilingue, il écrit aussi bien en anglais qu'en français, de sorte qu'on retrouve régulièrement ses nouvelles au sommaire des revues anglophones. Il a d'ailleurs publié en 1998 un premier roman aux États-Unis, The Book of Knights, chez Tor.

PELLERIN, Gilles (1988)           

Né le 26 avril 1954 à Shawinigan, Gilles Pellerin a fait des études universitaires à Québec où il s'est établi. Il a été secrétaire à la rédaction de la revue estuaire, collaborateur à Livres et auteurs québécois et à Lettres québécoises, puis rédacteur en chef de Nuit blanche pendant quelques années jusqu'à son départ à la fin de 1987. Membre fondateur et directeur littéraire de la maison d'édition L'instant même, il partage son temps entre l'écriture, son métier d'éditeur et l'enseignement de la littérature au Cégep François-Xavier-Garneau. Il a remporté en 1988 le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois, catégorie livre, pour son recueil de nouvelles Ni le lieu ni l'heure, et le premier prix du concours organisé par l'Office franco-québécois de la jeunesse pour une nouvelle intitulée Le Songe. Il a été accueilli comme membre de l'Académie des lettres du Québec en 2007.

PELLETIER, Francine (1988, 1999)           

Née le 25 avril 1959 à Laval, Francine Pelletier a obtenu un diplôme en enseignement des langues et des lettres de l'Université du Québec à Montréal en 1981. Elle a été successivement enseignante, correctrice, secrétaire à la rédaction et rédactrice à la pige. Elle a commencé à publier en 1983, d'abord des nouvelles de SF puis des romans pour jeunes (plus d'une quinzaine à ce jour). En 1988, elle a remporté le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois, catégorie nouvelle, pour La Petite Fille du silence, tirée de son recueil Le Temps des migrations. Elle a reçu à nouveau ce prix en 1999 pour les deux derniers volumes de sa trilogie Le Sable et l'acier.

ROCHON, Esther (1986, 1987, 1991, 2000)           

Née le 27 juin 1948 à Québec, Esther Rochon est la fille de Maurice Blackburn, compositeur de musique, lauréat du prix Albert-Tessier 1983, et de Marthe Morisset-Blackburn, scénariste. Elle a fait des études supérieures en mathématiques à l'Université de Montréal, obtenant une maîtrise en 1969. Venue tôt à l'écriture, elle obtient en 1964 le premier prix (ex æquo), section Contes, du Concours des jeunes auteurs de Radio-Canada. En 1974 paraît son premier roman, En hommage aux araignées. Bouddhiste depuis 1980, elle s'occupe du Centre Shambhala de Montréal et y donne des cours. Elle effectue aussi des travaux de traduction et de révision d'ouvrages bouddhistes. Membre fondateur d'imagine..., elle a remporté à quatre reprises le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois : en 1986 pour L'Épuisement du soleil, en 1987 pour Coquillage, en 1991 pour L'Espace du diamant et en 2000 pour Or.

SERNINE, Daniel (1992, 1996)           

[Pseudonyme d'Alain Lortie] Né le 7 novembre 1955 à Montréal, Daniel Sernine a obtenu un baccalauréat en histoire en 1975 et une maîtrise en bibliothéconomie en 1977 de l'Université de Montréal et a été à l'emploi de la Bibliothèque nationale du Québec. Très tôt cependant, il s'est consacré à l'écriture et il a publié ses premiers textes en 1975 dans la revue Requiem. Directeur littéraire de la collection Jeunesse-pop aux Éditions Médiaspaul, directeur du périodique Lurelu depuis 1991 et collaborateur à Solaris, il a remporté plusieurs prix littéraires depuis le début de sa carrière. Parmi les plus importants, mentionnons le Prix de littérature jeunesse du Conseil des arts du Canada pour Le Cercle violet en 1985 et le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois en 1996 et 1992. Cette même année, son roman fantastique Le Cercle de Khaleb lui a valu le prix 12/17 Brive−Montréal.

TRUDEL, Jean-Louis (2001)           

Né le 10 juillet 1967 à Toronto, Jean-Louis Trudel a obtenu un baccalauréat en physique de l'Université d'Ottawa en 1990, une maîtrise en astronomie en 1991 et une maîtrise en histoire et philosophie de la science et de la technologie en 1995 de l'Université de Toronto et, enfin, un doctorat en histoire de l'Université du Québec à Montréal en 2006. Il a été assistant à l'enseignement en astronomie à l'Université de Toronto pendant près de trois ans au début des années 1990. Depuis, il est pigiste et chargé de cours en histoire des sciences dans diverses universités canadiennes. Il a reçu le prix Solaris en 1992 pour sa nouvelle Les Instincteurs de cruauté et le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois en 2001 et a remporté, tant pour ses nouvelles que pour ses romans jeunesse, plusieurs prix Boréal et Aurora. Il est très actif au sein de SF Canada, l'association canadienne des écrivains de science-fiction et de fantastique, et il est, depuis 1989, l'un des principaux organisateurs du congrès Boréal qui a lieu annuellement à Montréal.

VERDIER, Vic (2015)

Simon-Pierre Pouliot, qui signe sous le pseudonyme de Vic Verdier, est né à Québec le 18 juin 1976. Il étudie au Petit Séminaire de Québec où il termine ses études collégiales en sciences humaines et obtient un baccalauréat international – option histoire – en 1995. Il poursuit sa formation en histoire à l'Université Laval où il obtient un baccalauréat en 1999. Il est aussi titulaire d'une maîtrise en communications délivrée par l'Université McGill en 2002. De 2000 à 2013, à l'exception d'une courte période en 2005-2006, il est à l'emploi du Cirque du Soleil en tant que conseiller, puis directeur principal adjoint en communications internes et planification, et, enfin, comme directeur de la gouvernance. Depuis 2013, il travaille comme cadre en relations publiques et affaires corporatives pour la Commission de la construction du Québec. Il publie son premier roman, L'Appartement du clown, en 2010. L'Empire bleu sang, qui lui vaut le prix Jacques-Brossard en 2015, est son quatrième titre.

VONARBURG, Élisabeth (1993, 1997, 2006)

Née le 5 août 1947 à Paris, Élisabeth Vonarburg demeure à Chicoutimi depuis son arrivée au Québec en 1973. Écrivaine, essayiste et traductrice, elle a obtenu en 1987 un doctorat en création littéraire de l'Université Laval. Directrice de Solaris pendant quelques années, elle collabore toujours à la direction littéraire de cette revue spécialisée. Au fil des ans, elle a reçu de nombreuses distinctions, ici et à l'étranger : le prix littéraire de la BCP du Saguenay-Lac-Saint-Jean en 1980, le Prix de la 9e convention de SFF et le Grand Prix de la science-fiction française 1982 pour son roman Le Silence de la citéle prix spécial du jury du Philip K. Dick Award pour la version anglaise de Chroniques du Pays des Mères, le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois en 1993, en 1997 et en 2006.