Prix jacques-brossard
Règlements
Lauréats par année
Biographie des lauréats
Index
Prix Jacques-Brossard

 

2018

KGeorges.jpgLauréate
Karoline Georges
pour De synthèse (roman)

 

 

 

 

Finalistes
Philippe Meilleur pour Maître Glockenspiel (roman)
Pascal Raud pour Le Caméléon et Cimetière (nouvelles)

Membres du jury
Roger Cantin
Caroline-Isabelle Caron
Martine Desjardins
Lisa Fiset
Philippe St-Germain

Bourse : 3 000 $

Artiste et écrivaine accomplie, Karoline Georges poursuit avec De synthèse une œuvre multidisciplinaire ambitieuse (elle a d'ailleurs créé elle-même l'illustration de la page couverture, qui offre une voie d'accès idéale au livre). Le roman interroge l'humain, le corps, la maladie, l'image et la virtualité, entre autres choses. On aurait pu penser que la littérature limiterait à certains égards une démarche traversée par les images, mais ce n'est pas du tout le cas (ni dans ses livres précédents, du reste) : l'écriture rythmée et limpide offre un véhicule de choix à la quête d'immortalité de la narratrice, qui a interpellé le jury (tout comme le rapport à la mère, complexe dans le meilleur sens du terme ; dans ses douleurs et ses vies, la mère est une création littéraire de premier ordre). Fidèle à son titre, le roman opère un grand nombre de synthèses : entre réel et virtuel, passé et futur, vie et mort, composition et décomposition, humain et non humain, entre L'Origine des espèces de Darwin et la sonde spatiale Voyager 1, et on oserait presque dire entre roman et essai, tant De synthèse propose une réflexion philosophique riche. Je parlais de Voyager 1 : c'est ce voyage auquel nous convie l'auteure, personnel, imaginatif et ancré dans son époque, qui en fait un livre incontournable. (Présentation de Philippe St-Germain)
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Saint-Denis, 4 mai 2018 - Au terme de ses délibérations, un jury de cinq membres a attribué le prix Jacques-Brossard 2018 à Karoline Georges, auteure du roman De synthèse publié par Alto. Le prix qui récompense chaque année l'auteur de la plus remarquable production dans les littératures de l'imaginaire lui a été remis lors de l'ouverture du congrès Boréal.

De synthèse donne la parole à une femme qui a investi toute sa personnalité dans l'image. Retirée du monde réel et de ses semblables, coupée de tout contact humain direct, la narratrice ne vit plus désormais que dans un univers virtuel où elle se réinvente et se redéfinit sans cesse. L'agonie puis la mort de ses parents vont cependant la rappeler brutalement à la réalité des corps et des relations authentiques. Situé dans un avenir proche, le récit spécule sur la transformation de l'humain par la virtualisation de l'existence, telle qu'engendrée par les jeux électroniques, les médias sociaux et l'idolâtrie de l'image.

Le jury a remarqué les qualités d'écriture de Karoline Georges, la précision et la clarté de son style, limpide, presque léger malgré la profondeur du propos, la délicatesse et la sensibilité dans l'expression des émotions les plus vives. Abordant des thèmes comme la filiation, la valeur de la vie, la mort et l'immortalité, l'auteure invite à la réflexion. Elle évite les clichés, actualise et renouvelle le genre en lui redonnant des racines dans l'expérience et l'actualité.

Le jury, qui était composé de cinq membres, a évalué les textes de 61 candidats en lice pour l'obtention du prix Jacques-Brossard 2018.