Prix jacques-brossard
Règlements
Lauréats par année
Biographie des lauréats
Index
Prix Jacques-Brossard

2013

ag_photo.jpg
Lauréate
Ariane Gélinas
pour Transtaïga (roman), L'Anse-aux-Louves,
Quand les pierres rêvent et L'Envers du labyrinthe
(nouvelles)

 

Photo : Frédérick Durand

Finalistes
Caroline Allard pour Universel Coiffure (roman)
Luc Dagenais pour Les Dieux pure laine, China-Man versus le Troglodyte du Réso et 514 YIH-OOPI (nouvelles)

Membres du jury
Caroline-Isabelle Caron
Éric Gauthier
Martin Hébert
Lisa Fiset
Jean-Louis Trudel

Bourse : 3 000 $

Avec Transtaïga, Ariane Gélinas met en scène une région méconnue, le Nord québécois, où la forêt cède la place aux lichens et où les esprits ne sont jamais bien loin. En 2012, Ariane Gélinas s'est imposée comme une voix forte de la littérature fantastique au Québec, inspirée à la fois par la grande tradition fantastique du XIXe siècle et les rites amérindiens trop souvent ignorés dans notre littérature. Dans ce premier tome de la trilogie Les Villages assoupis, elle fait preuve d'une grande cohérence d'imaginaire et de style. Elle manie avec brio les mystères de sa protagoniste, de l'aïeule de celle-ci et du village abandonné de Combourg. On en aurait voulu davantage. La voix unique d'Ariane Gélinas s'est fait aussi entendre dans trois nouvelles en 2012, « L'Anse-aux-louves », « L'Envers du labyrinthe » et « Quand les pierres rêvent ». Cette dernière a particulièrement charmé le jury pour ses concepts émouvants, sa construction habile et son style achevé. (Présentation de Caroline-Isabelle Caron)


Montréal, 4 mai 2013. Ariane Gélinas a reçu aujourd'hui le prix Jacques-Brossard doté d'une bourse de 3 000 $. Ce prix, qui célèbre cette année son trentième anniversaire, est remis annuellement à l'auteur dont la production, dans les littératures de l'imaginaire, a été jugée la plus remarquable par un jury de cinq personnes. En plus d'un roman, Transtaïga (Marchand de feuilles), la production de la lauréate en 2012 compte trois nouvelles fantastiques : « L'Anse-aux-louves » (Zinc 28), « Quand les pierres rêvent » (Solaris 181) et « L'Envers du labyrinthe » (Solaris 182).

Née en 1984, Ariane Gélinas a publié sa première nouvelle en 2004. Détentrice d'une maîtrise en création littéraire de l'Université du Québec à Trois-Rivières et doctorante, elle s'est imposée depuis quelques années comme l'une des jeunes voix les plus originales de la littérature fantastique au Québec.

La pièce majeure de sa production en 2012, Transtaïga, explore une thématique particulièrement riche et vierge, les cités ou villages fantômes. L'écrivaine se livre à une habile transposition de l'enjeu qui se situe au cœur de l'œuvre fantastique, soit cette faculté de percevoir la réalité au-delà des apparences, en l'inscrivant dans une partie du territoire québécois peu présente dans notre imaginaire. Grandement subjective, la lecture du réel effectuée par la narratrice, Anissa Miller, oblige le lecteur à remettre en question ses certitudes sur l'authenticité et la validité de la mission de l'héroïne.

En campant son récit dans le Nord québécois, une région évoquée notamment par le nom des grands barrages hydroélectriques, Ariane Gélinas quitte sa zone de confort littéraire pour se réapproprier un territoire sauvage, encore mystérieux et propice aux manifestations des forces païennes. La farouche détermination d'Anissa rappelle la sourde révolte de sœur Julie de la Trinité, personnage pivot des Enfants du sabbat de la grande Anne Hébert.

Au fil de ses trente ans d'histoire, le prix Jacques-Brossard - qui portait à l'origine le nom de Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois - a été attribué à vingt-deux écrivains différents, quelques-uns ayant reçu le prix plus d'une fois.